L’obésité du chat… tout se joue avant un an.

L'obésité du chat se joue avant l'âge de un an, pendant la période de croissance du chaton et après sa stérilisation.

Dessin de Philippe BERNARD.

L’obésité est aujourd’hui le principal fléau des chats domestiques. C’est dans les pays dits « développés » que l’on compte le plus de chats enveloppés, jusqu’à 60 % selon certaines études. Les chats urbains, plus sédentaires, y sont davantage exposés. Ayant moins l’occasion de s’adonner à la méditation contemplative en plein air, ils cultivent parfois un seul hobby, manger. Cela devient obsessionnel pour eux. Pourtant, l’obésité n’est pas une fatalité. Il suffit le plus souvent d’instaurer quelques mesures préventives, et ce dès la première année de vie du chaton.

Au passage, nous allons revenir sur la méthode g.u.E.P.A.R.D (acronyme pour les points clés d’une nutrition physiologiquement adaptée aux chats). Plus précisément, nous aborderons le point « R » dans cet article, « R » comme Rationnement ou Rythme des repas. C’est en imposant le plus tôt possible des bonnes manières et de saines habitudes alimentaires à votre chat, que vous lui épargnerez l’affront de futurs sobriquets comme « Bouboule » ou « Gros Patapouf ». Continuer la lecture de L’obésité du chat… tout se joue avant un an.

La cuisine à base de viande de Nahema.

Faire la cuisine pour son chat est une alternative simple et économique, à la portée de tous. De plus, c’est la plus pertinente et la plus saine pour répondre aux besoins nutritionnels des chats. En fait, l’idée est de réinventer la souris, sans avoir recours à des ingrédients complexes ou difficiles à obtenir.

Alors, suivez le chef… Continuer la lecture de La cuisine à base de viande de Nahema.

« Limité en glucides »… le critère nutritionnel pour les chats.

 Le Gluci-score pour promouvoir les aliments les moins délétères pour les chats.

A partir d’avril 2017, un étiquetage nutritionnel va se généraliser à tous les produits humains vendus en supermarché, afin de nous inciter à acheter des aliments plus sains, moins gras, moins salés ou moins sucrés. Sur le même modèle, je propose donc le Gluci-score, un nouveau logo pour promouvoir les  aliments les moins délétères pour les chats.

Plutôt que la mention « sans céréales » qui doit mettre en alerte votre sens critique, il faut privilégier les aliments formulés selon le concept « Low Carb » pour les chats, c’est à dire limités en glucides. La mention « sans céréales » est un argument de vente non pertinent, alors que le taux de glucides est une véritable  information nutritionnelle. C’est probablement la pierre angulaire de la nutrition féline, tout le reste n’étant que détail.

Les aliments « Low Carb » respectent mieux les besoins des carnivores domestiques. De facto, ils sont aussi plus riches en protéines et incorporent moins d’ingrédients d’origine végétale de toute sorte. Toutefois, les croquettes ne  seront jamais la panacée. Mais si leur taux de glucides est maîtrisé, elles pourront participer à l’alimentation mixte de votre chat (bi-nutrition ou alimentation hybride). Continuer la lecture de « Limité en glucides »… le critère nutritionnel pour les chats.